Notions

    • Notions spatio-temporelles et l’homéopathie Fractal (par M. Haddad)

    Nous ne prétendons pas détenir une connaissance universelle, ni avoir tout compris. Nous avons découvert simplement pour la première fois, une nouvelle porte de savoir, accessible à tout un chacun.

     

    • Les altérations de l’état émotionnel de notre être conscient sont, au fur et à mesure qu’elles sont vécues, empilées et enregistrées sur le disque dur de notre mémoire (par ADN interposé). Ces mémoires affectent le niveau subtil temporo-spatial de notre être avec pour conséquence importante : la traduction psychosomatique de ces violences émotionnelles et leur transcription symbolique en correspondance organique.

     

    • L’Homme est de nature binaire : un corps de consistance physique et son double de nature quantique. L’être humain est un ensemble indissociable. Le corps humain matérialise une condensation d’énergie.

     

    • A l’échelle atomique, notre corps se renouvelle entièrement tous les quatre ans. Le pancréas remplace la majorité de ses cellules chaque jour, les cellules de la muqueuse de de l’estomac le sont tous les trois jours, les globules blancs tous les dix jours, celles de la peau une fois par mois, notre cœur bat 100 mille fois par jour, nos poumons respirent 25000 fois par jour, à chaque seconde dix millions de nos cellules meurent par apoptose (suicide cellulaire, qui remet les cellules à l’échelle moléculaire sans laisser de traces), et sont remplacées par d’autres, tout cela dans une parfaite harmonie. La satisfaction de tous les besoins vitaux de l’homme, est possible sur terre. Nous ne pouvons concevoir une existence de l’humanité aussi bien faite que ce qu’elle est, sans remède adéquat traitant ses maux. Pour vivre, on a besoin d’eau. Nous n’allons pas la chercher sur la lune ou la synthétiser. Il en est de même pour l’oxygène qui existe à l’état naturel sur terre. Toutes les fabrications ou transformations vont dans le sens du confort et du bien être, mais nullement pour un besoin vital. Les remèdes pour toutes les maladies doivent aussi exister sur terre, mais leur usage doit se conformer à certaines méthodologies et états de conscience.

     

    Le cancer est une maladie qui existait depuis l’antiquité, l’un des pharaons en était atteint (ostéosarcome, détecté sur ses ossements par les moyens modernes de l’imagerie). Il serait aberrant d’invoquer à l’époque de l’ancienne Egypte, l’alimentation ou la pollution atmosphérique comme cause du cancer. Les officiels ne peuvent admettre que les causes des cancers et de toutes les maladies graves chroniques et incurables soient d’ordre psychosomatique. La notion de terrain ne sert que pour mieux lutter contre une maladie, mais n’empêcherait pas l’instauration de cette dernière. Approuver cela, signerait nettement l’arrêt de la recherche actuelle pour changer d’orientation, et aboutir au fait que le mental (en réalité un certain état de conscience) serait aussi capable d’arrêter le cancer comme il a pu le déclencher. Le corps humain est totalement auto-réparateur à condition qu’on lui donne les moyens nécessaires pour pouvoir réaliser la guérison.

     

    Tout porte à croire que les maladies naissent quand la personne se détache d’un certain état de conscience qui fait souvent défaut de nos jours, de sa spiritualité originelle ! Remettre les drames de la vie à une échelle supérieure et les accepter ne déclencherait point une maladie grave conséquente.

     

    Modifier la forme libérerait du " temps " et de l’énergie, libérant de la même manière des messages correspondants . Jacqueline BOUSQUET dit : "Il vaudrait mieux manger la pomme en mordant dedans, plutôt que de la découper en morceaux..." Les dilutions homéopathiques sont des modifications de formes qui passent de la forme matérielle avec le produit de base, vers des états immatériels sur plusieurs échelles selon les dilutions. Les informations libérées s’échelonnent d’un niveau organique à des niveaux plus subtils. Tout est évolution dans le temps, notre vie comme nos maladies. La santé se réalise quand le corps se situe intégralement au présent ; Or pour une personne il est très difficile voire impossible d’avoir toutes les parties du corps au présent, car la génétique héréditaire est là, qui crée des satellites de liaison entre nos organes et nos ancêtres. C’est en quelque sorte, une liaison du corps avec d’autres espaces et d’autres époques (temps). La conséquence conflictuelle vécue génère des images figées dans l’espace temps autour de nous, comme par exemple, le souvenir d’un parent nous giflant devant tout le monde, à l’âge de 3 ans. L’image figée est restée fixée dans le temps bien que la personne concernée aie maintenant 50, voire 60 ans. Or toute image fixe et figée relève de l’arrêt du temps.

     

    Le temps s’arrête normalement dans trois circonstances, en cas de sommeil, en cas de méditation profonde ou en cas de mort. Donc une maladie chronique au niveau d’un organe ou une partie de ce dernier traduit sa mort expressionnelle totalement ou partiellement. Mort non définitive puisque la personne est encore vivante. Faire revivre cet organe : est-ce possible et comment ? Il suffit de lui redonner le " temps " afin de le ramener au présent. Prenez l’exemple d’une terre aride et non irriguée depuis des années. Comment voulez vous la faire revivre ? Certainement pas avec des moyens physiques ou chimiques. Il suffit simplement d’irriguer le sol avec de l’eau. La même eau fait pousser du blé ou des pommes de terre ou du riz, une seule eau est valable pour tous types de plantations. Au niveau du corps, le concept est similaire, mais dans ce cas ce n’est pas l’eau qu’il faudrait donner, mais c’est plutôt le temps qui doit pouvoir y revenir et s’y installer. Le FRACTAL est un support vibratoire qui donne le temps . Le temps s’écoule comme l’eau, nous le subissons, et quelque chose d’extraordinaire fait que demain sera maintenant ; donner de l’amour ne suffit pas pour guérir, combien de malades sont morts dans les bras de leurs mères ou parents ; d’ailleurs l’amour s’identifie à la haine, comme la lumière qui s’identifie à l’obscurité ; le temps, lui, est le support de tout et rien , rien car le présent n’existe pas non plus puisque maintenant est déjà passé depuis une seconde : vous n’avez qu’à regarder votre montre, vous verrez que l’aiguille ne s’arrête pas ( enfin si c’est une montre de bonne marque !).

     

    Donc donner du temps c’est ramener au présent, or ce présent n’existe pas, donc c’est ramener à rien car on n’est rien, et si précieux en même temps. La vie est mortelle or la mort est éternelle, on naît seul et on mourra seul. Gommer ces images figées de notre conscient est une priorité libératrice, mais le pire ce sont les images inconscientes desquelles on ne se rappelle plus ou pas. Soit parce que les événements se sont passés dans l’enfance , ou même au stade fœtal de la conception, soit qu’ils appartiennent à l’époque de nos ancêtres, peut-être déjà morts, et qu’ils nous sont transmis génétiquement, dans l’attente d’une actualisation.

     

    Or ramener un corps au temps du présent est une tâche assez ardue et difficile, car une évolution de l’état de conscience doit suivre en même temps. La solution passera par la dissolution du moi, de l’ego de la personne, ce qui donnera la vie au cœur en retour, et si le cœur voit tous les organes le suivront et verront. Se rattacher à un espace temps éternel c’est s’assimiler à une divinité, ce qui actualise au niveau du physique des maladies chroniques éternelles dans un corps qui lui, est mortel. Est-ce qu’un examen radiologique pourra nous dire si une personne est heureuse ou malheureuse ? Déprimée ou dépressive ? Voire suicidaire ? La joie et la tristesse sont elles cubiques ou pyramidales ? Nous vivons avec nos sens et nos sentiments, peut on savoir où naissent les idées et où naissent les idées d’avoir des idées, où se situe l’amour ou le pardon ? La rancœur ou la haine ? En médecine, croire en ce qui est uniquement visible, pondérable et mesurable c’est assimiler l’être humain à un corps mécanique sans âme. La réalité est toute autre. " Vous êtes plus important que vous-même "L’être humain est plus important que lui-même. L’univers est dans l’Homme, dans l’Homme aussi il y a l’univers, le macro cosmos dans le micro cosmos. Le Professeur Aziz El Amrani (Professeur en médecine au Maroc) cite dans une revue de la SIRES (Bordeaux) : " Tout corps, quel qu’il soit, est la résultante d’une impulsion potentielle, dont le développement se déroule selon une trilogie, la programmation vibratoire, qui prépare le champ à une potentialisation énergétique, pour aboutir à une densification de la matière. Chaque type de pensée crée une perturbation au sein de ce champ vibratoire et déclenche toute une cascade d’événements vibratoires qui cristalliseront des états physiologiques correspondants. À chaque instant on peut dire qu’on est en présence d’un corps en perpétuel changement (...) Tout est dans tout et la partie révèle le tout...... Le système nerveux humain ou plus exactement le cerveau, joue le rôle de filtre des événements et de ce fait entre en résonance avec le champs vibratoire de structure (...) si par un quelconque événement émotionnel intense, la résonance se trouve perturbée, il s’ensuit qu’une région neuronale va vibrer différemment des autres, générant ainsi un effet déstructurant sur l’entité vibratoire de l’individu. Lequel va créer par voie de conséquence, un état physiologique correspondant " La médecine allopathique officielle garde tout l’honneur en termes d’urgence ; en effet suite à un accident de la route par exemple, il faut impérativement se diriger au service d’urgence. Suite à un infarctus ou un A.V.C (Accident vasculaire cérébral), il faut se diriger absolument aux urgences médicales. Mais le problème réside actuellement dans les maladies dites graves ou chroniques. Chacun de nous a un ou plusieurs parents ou amis qui sont décédés face à une médecine qui déclare " qu’il n’y a plus rien à faire ".

     

    • Les satellites MH

    Tout porte à croire que nos émotions sont matérialisées et puisées à partir des organes viscéraux. Le corps dispose de douze méridiens d’acupuncture (assimilés à douze enfants), d’un père et d’une mère que sont le mental et le cœur. Le fait d’avoir un diabète par exemple, signe un disfonctionnement du pancréas, mais pourquoi cet organe ne " démarre t-il " pas ? Tout simplement parce qu’il n’a plus totalement ou partiellement la vie. Où est passée la vie qu’il avait ? Ou bien l’âme ? La réponse est qu’elle est partie à travers un trou noir derrière la cinquième dimension ! Elle restera maintenue en suspens à travers un satellite de nature subtile relié à l’organe.

     

    Tant qu’il y a de la vie en la personne, il y a toujours moyen de ressusciter l’organe mort. Mais pourquoi ce fragment d’âme ou la vie de cet organe est-elle tombée dans ce trou noir ? L’hérédité ou les conflits de la vie, allez-vous répondre ! Cette réponse est vraie, mais insuffisante. C’est beaucoup plus subtil que vous ne l’imaginez. En admettant (selon l’énergétique chinoise) que le pancréas soit l’organe qui matérialise la tristesse, du fait qu’une personne subisse un chagrin durant un certain temps, (suite à un choc émotionnel), les autres organes du corps vont trouver que le cerveau (le père) favorise le pancréas (par rapport à eux). Il sera tout simplement jeté dans un puits (trou noir),(cf Coran, sourate Youssouf), de ce fait la vie circulera dans tout le corps sauf dans le pancréas.

     

    Une médication absolue doit reposer sur un traitement qui aide à ramener la ou les vies qui manquent au corps, en donnant tout simplement le " temps " à cet organe. Ainsi tout le corps se régénérera à partir de cette nouvelle vie qui intégrera l’organe. Par ailleurs quand la vie quitte totalement ou partiellement un organe, un " mal " reprend sa place. Lorsque la lumière s’éteint, l’obscurité prend place. Le mal c’est le noir qui est un vide sans consistance. Les produits FRACTAL opèrent de cette manière, et s’orientent vers une médecine absolue. Nos produits ne cessent d’évoluer.

     

    • Les correspondances foyers "Hamer" et satellites MH

    Le terme satellite MH, recouvre d’une part la notion de satellites, découverte du Dr Meunier, avec leurs fonctions et servitudes, et d’autre part, le jumelage et la dépendance de ces satellites par rapport au foyer " Hamer ", découverte de M.Haddad. Le terme satellite MH, signifie ainsi : satellite MEUNIER HADDAD. A l’origine de tout dérèglement énergétique appelé "blocage", se situe un conflit paroxystique véritable "big - bang" émotionnel explosif, (ou génétique) Il est vraisemblable que cette explosion centrifuge de l’énergie psychique emprunte la voie des sorties de secours du cerveau. C’est ainsi que prennent naissance les foyers de " Hamer ". Simultanément, deux satellites MH se forment autour du corps, à la même distance de celui ci :

     

    - Un satellite MH péri céphalique, qui va pérenniser le foyer de Hamer.

     

    - Un satellite MH péri corporel, à l’aplomb (sur le sujet couché) de l’organe correspondant à la cartographie Hamérienne.

     

    Cette double satellisation signe l’enclenchement d’une altération organique pathologique existante, imminente ou à venir. De même que la satellisation centrifuge est gémellaire, la désatellisation centrifuge l’est également. Il suffit de faire disparaître le satellite MH péri crânien (par un moyen physique, électromagnétique ou avec les FRACTALS) pour que disparaisse simultanément le satellite MH projectif péri- corporel de l’organe correspondant au foyer Hamer. L’inverse est également vrai. La réincorporation d’un satellite MH d’organe (par un moyen physique ou autre) entraîne la disparition du satellite MH péri cérébral correspondant.

     

    D’où la conclusion de M. Haddad qu’il n’existe pas deux satellites MH distincts, mais un seul, de nature quantique, dont la particule se projette à la fois, vis à vis du foyer Hamer et de l’organe périphérique (en relation avec ce dernier) et dont l’onde interfère avec les autres ondes des autres satellites MH (autour du corps) en projection du corps. Ainsi les satellites MH temporo-spatiaux apparaissent, selon M. HADDAD, en dernière analyse comme des vecteurs quantiques reliant le ou les organes à d’autres espaces temps, au niveau vibratoire physiologique reprogrammant ainsi l’ADN. Dans le cas de satellites MH se situant dans le champ de la jeunesse, donc du passé, la base de temps de l’organe correspondant se trouvera accélérée, engendrant ainsi une altération physiologique correspondante (comme par exemple, hypersécrétion gastrique, infection, mitose vu que le rythme vibratoire est accéléré).

     

    Nous comprenons donc l’intérêt de ramener ces satellites MH temporo-spatiaux au niveau vibratoire du présent. Ceci explique l’affirmation de certains chercheurs, que la maladie s’inscrit d’abord dans le corps astral, puis au niveau énergétique, avant d’aboutir au niveau physiologique. Nous rappelons à ce sujet les affirmations de E.PINEL, "La mort est le rabattement du champ émotionnel H2 sur le champ de forme H3" Selon sa notion de champ H1 (champ physico biologique), H2 (champ émotionnel), H3 (champ de forme). Vous imaginez fort bien la conséquence de l’émergence de tous les satellites MH et le blocage énergétique général engendré par leur mise en orbite au niveau du corps. En d’autres termes, c’est l’arrêt du temps et de la vie. En réalité le corps astral est la projection de satellites se localisant dans le champ vital du passé ou du futur, véhiculant ainsi une information de renaissance ou de dégénérescence, émanant de l’émotionnel inconscient au niveau organique. Tout ceci est la suite d’ un choc émotionnel violent et brutal qui marque l’arrêt du temps.

     

    Conformément à l’image des satellites de télécommunication en orbite autour de la terre. D’ailleurs il faudrait bien être dans un état d’éveil, donc de conscience qui matérialise le temps, pour qu’un conflit émotionnel génère une pathologie conséquente, mais jamais suite à un rêve, (pendant les rêves ou cauchemars ou les états oniriques), nous pourrions aussi avoir des conséquences physiologiques mais non pathologiques. Rappelez vous qu’il est extrêmement rare de rencontrer un schizophrène de naissance ayant un cancer. A cet effet notons que pendant notre sommeil, il y a effondrement des structures holographiques. La sphère devient un point. Il n’y a plus d’échelle graduant le temps. Le temps n’existe plus. Nous rentrons, comme nous allons le voir plus loin, derrière la cinquième dimension. Au stade fœtal, et avant même l’émergence des vaisseaux sanguins ou lymphatiques, le champ temporo-spatial existait déjà, à la périphérie du zygote ou du morula. Ce champ est placé à l’orbite émotionnelle de la mère. Lorsque le fœtus devient bébé, chaque satellite MH temporo-spatial intègre l’aire cérébrale (du foetus) correspondante à son expression symbolique, ceci dès que l’organe atteint sa maturité morphologique et fonctionnelle.

     

    La morphologie du foetus est influençable par l’émotionnel de la maman aux premiers mois de grossesse, ce qui n’est plus le cas après, car le foetus dispose dès lors de son propre champ émotionnel. La naissance du bébé signe le détachement total du bébé, du champ émotionnel de la maman.

     

    • Notions sur la vie et la mort

    La jonction de l’espace du futur avec l’espace du passé représente la fusion du temps de la fin de la vie temporelle avec le stade de la conception foetale, conformément au dessin. D’ailleurs ne voit-on pas repousser les dents chez certaines personnes centenaires ? Ne voit-on pas repousser des barbes chez des femmes âgées ? La boucle du temps est courbe et tend à se refermer. On dirait que le corps tend à retrouver sa jeunesse à la fin du cycle de la vie. Cependant une question se pose à propos du début de l’espace du futur. Si le début d’un futur part d’un présent, ceci laisse prévoir qu’à part le présent physique central actuel, il y en aurait d’autres venant de partout, et à chaque moment il y a actualisation d’une potentialisation. Nous avons toujours pensé que l’on avance vers son futur en laissant le passé derrière.

     

       Ce n’est pas nous qui allons vers le futur, c’est plutôt lui qui vient vers nous. Si nous sommes jeudi, comment allons-nous vers vendredi ? C’est plutôt vendredi qui vient vers nous. Le temps est subi, le futur se présente à nous en graduation inversée. En définitive, il existe un présent central et un présent universel quantique de l’individu. Il y a une transmutation constante du présent universel vers le présent central, au fur et à mesure que le temps passe. Cette mutation se fait en passant par un effondrement et une reconstitution. Toutes les sphères s’écrasent sur un point, et là, il n’y a plus de notion de temps. Tout revient après une actualisation, tel un cœur qui bat à la manière d’un pulsar.

     

       En d’autres termes nous vivons et mourrons constamment. Nous sommes entre vie et mort constamment. Il existe une actualisation permanente entre le présent universel et le présent central, et ceci dans les deux sens, Par exemple, si le corps physique subit une blessure, l’information passe aussi au niveau du présent universel qui la réitérera dans la conscience collective. Notre passé nous appartient, mais ce n’est pas le cas du futur, qui lui, est dépendant du collectif. N’importe quelle personne peut influencer votre futur, mais jamais votre passé vécu. Notre futur dépend de notre passé à partir du stade foetal et de notre présent. Le sort des événements futurs dépend de notre structure émotionnelle acquise depuis le stade foetal. Donc, si notre passé et notre présent influencent notre futur, et puisque le futur est collectif et ne nous appartient pas, nous pourrons dire que notre passé et notre présent influencent le futur de l’humanité. Cela nous apprend les degrés de responsabilité qui incombent à chacun d’entre nous. "La mort c’est la rencontre du présent universel avec l’instant T zéro de la fécondation".

     

       L’être humain est une entité quantique dont l’onde se trouve partout, et la particule (son corps physique) quelque part. Telle l’image d’un "quanton" (entité quantique) représenté par une particule et une onde. L’onde d’un objet quantique interfère avec les autres ondes des autres objets quantiques. Aussi l’onde de l’individu dans le présent universel interfère avec toutes celles des créatures vivantes conformément à la définition de la conscience collective. De ce fait l’individu est bouclé sur lui-même, ce qui ne laisse pas entrevoir une linéarité, donc un quelconque aspect d’une éventuelle incarnation totale. Il y aurait une incarnation partielle, comme celle des actes, et ceci conformément à un plan divin. L’être humain transforme et matérialise le temps en vécu. La vie et le temps ne peuvent se concevoir sans présence du vivant. Nous comprenons qu’à l’instant T zéro de la fécondation, le passé n’existe pas, mais que le futur existe ou plutôt est préconçu (champ de potentialisation). La notion du devenir se scinde en deux parties :

     


    - Dans la vie et concernant l’avenir, nous avons le choix dans ce que nous connaissons.
    - Ce que nous connaissons est subi, telle la mort.

     

       Au fait, nous a-t-on demandé notre avis à propos de la famille dans laquelle allons naître ? Le futur que vous maîtrisez est celui que vous connaissez. Par exemple, vous pouvez planifier des tâches pour les jours à venir, mais il vous est impossible de prévoir l’imprévu, en d’autres termes ce que vous ne connaissez pas.

     

    • Incidence pathologique du satellite MH temporo-spatial

    Pourquoi une pathologie déclarée au niveau d’un organe, peut-elle influencer un autre à distance ? C’est en l’occurrence à cause de l’émergence du satellite MH via le point d’acupuncture se trouvant sur sa trajectoire et qui correspond au méridien d’un autre organe. Le satellite MH temporo-spatial entretient via un vortex vibratoire une communication bilatérale entre lui et l’organe, entre un champ tournant émotionnel et l’organe. Ce vortex agit sur le point d’acupuncture à travers lequel il émerge comme "entité perturbatrice".

     

    L’incorporation du satellite MH dans son site organique redonnera au méridien un déblocage immédiat, et l’organe duquel le satellite MH est sorti, récupérera sa notion temporo-spatiale du présent. (Mais cette réincorporation ne peut se maintenir que si elle est suivie d’un changement d’ état de conscience, autrement elle sera éphémère). Dans toutes maladies un grand problème subsiste. C’est le cercle vicieux qui s’établit entre le physiologique et l’émotionnel inconscient : l’un entretient l’autre, l’un rappelle l’autre. Certaines cicatrices ne guérissent pas, tout simplement parce qu’une émotion s’était superposée dessus, comme par exemple les cicatrices du visage, ou des blessures chez des sportifs (selon le Dr MEUNIER). Dans ce cas précis les soins avec le tube VACUUM ,en une minute, débarrassent le patient de sa douleur définitivement, même si elle date depuis plus de 20 ans !, Le patient doit tout simplement visualiser avec les yeux fermés, la scène de l’accident pendant le soin. Nous en avons fait la démonstration lors de nos conférences avec des personnes de l’assistance.

     

    • Comment se fait on un cancer ?

    Suite à un choc émotionnel brutal et tout à fait inattendu (DHS : Dyrk Hamer syndrom), auquel le cerveau cognitif ne peut ni faire face, ni trouver de solution, le temps s’arrête à l’esprit de la personne. En effet les sphères des temps s’écrasent sur la personne ce qui lui fait perdre toute notion du temps et d’espace. Le cerveau archaïque percevant un danger de mort, questionne l’aire cérébrale matérialisant la nature du conflit subi. S’apercevant de son silence de mort (car elle est devenue foyer HAMER), il fera appel à tout son potentiel de mémoire afin de remédier à ce danger.

     

       Le satellite MH se trouve propulsé au champ du stade foetal, ce qui indiquerait au cerveau archaïque d’après la localisation du champ MH, que l’organe tend vers une jeunesse après sa mort constatée. C’est à travers la mémoire de l’embryogenèse que cet ordre de multiplication est transmis par voie satellitaire, à l’image d’un réseau GSM, où l’être humain se recrée lui même. Or à la dimension humaine, on ne peut créer sans détruire. C’est un nouveau corps ou une partie du corps qui renaît de manière diabolique, où les foyers cancéreux sont les nouveaux organes, disposant de leur propre vascularisation, pire encore, certains praticiens notent même l’émergence de nouveaux méridiens d’acupuncture de nature hautement énergétique entre la tumeur primitive et les métastases.

     

       C’est à travers ces nouveaux méridiens énergétiques que la tumeur primitive opère un contrôle sur l’évolution des métastases "Ce qui explique, entre autre, la flambée métastatique après ablation de la tumeur primitive, observée parfois chez des patients opérés". Toutes les personnes, aussi bien portantes qu’elles soient, disposent de satellites MH, qui sont peut-être même hérités génétiquement. Ces personnes (cliniquement saines) n’ayant pas subi la perception de l’arrêt du temps (suite à un choc émotionnel), il en découle que de multiples infections pourraient naître facilement sur le site (l’organe d’où émerge le satellite) vu que la base du temps de la partie organique observée se trouve incitée à une accélération temporelle. Souvenez vous qu’au moment d’un choc violent dramatique et brutal, (DHS) nous avons l’impression que le temps s’arrête, même si nous sommes en pleine circulation, nous verrons les voitures et les passants s’arrêter. Cet arrêt du temps marque la mort. Fort heureusement, il ne s’agit que de la mort expressionnelle d’un organe symbolisant le problème, mort inscrite uniquement dans notre champ temporel d’existence, traduite par l’expression d’un organe, qu’il faudrait faire repousser dans un ultime acte de survie. En effet une question importante peut se poser : si le corps veut recréer un organe, pourquoi passerait-il par le biais de la mutation cellulaire invasive ? Pourquoi ne déclencherait-il pas l’émergence de tumeurs bénignes dans l’organe à faire renaître ? La réponse est un peu troublante : Notre cerveau primitif, s’apercevant de la mort expressionnelle d’un organe ayant son satellite MH dans l’espace de l’embryogenèse, veut le recréer. Il s’agirait d’une renaissance après la mort, qui ne peut passer que par le processus d’une vie éternelle : L’immortalité dans le mortel : N’est-ce pas la caractéristique de la cellule cancéreuse ? Nous pourrons expliquer cette dernière notion à travers les dessins. Nous constatons qu’à certain stade de la vie, la distance satellite corps met en évidence la localisation de l’espace temps foetal qui a bougé depuis la naissance.

     

       Or la mémoire, notre mémoire, se rappelle que cet espace au stade foetal était tout près du corps. Puisque la mort se situe au même espace que la naissance, notre cerveau archaïque trouvera qu’il s’agit d’une jeunesse nouvelle après la mort, ce qui signifie pour lui une immortalité. Ce qui prouverait peut-être la notion d’une vie éternelle après la mort, annoncée par toutes les théologie... C’est à travers la maladie cancéreuse que l’humanité comprendra ses vraies dimensions, qui ne se résument pas à un corps comprenant une pompe à sang, des filtres rénaux et pulmonaires, avec une notion de calories alimentaires, comme s’il s’agissait d’un moteur à essence. L’être humain est la création la plus performante dans cet univers. Rien, absolument rien n’a été oublié concernant sa survie. "Nous avons négligé notre essence, nous avons oublié qui nous sommes, des créatures, potentiellement créateurs ayant reçu un souffle divin”.

     

    • Conclusions et constatations

    A chaque présence satellitaire péri-céphalique correspond une autre présence satellitaire péri-somatique, à distance de l’organe "Hamérien" correspondant., et vice versa. La distance qui sépare le satellite MH péri-céphalique de son foyer Hamérien cérébral est la même que celle qui sépare le satellite MH péri-corporel de l’organe "Hamérien" pathologique (ou au devenir pathologique prévisible).

     

       Les satellites MH péri-somatiques émergent à travers les points des méridiens d’acupuncture. Il n’est pas rare non plus de trouver à la surface de la peau, des points au niveau desquels l’énergie est perturbée. Ces points sont dits "de blocage". Or, si nous cherchons dans l’espace un satellite, nous allons en trouver au moins un. Ce qui permet de conclure que la véritable source du blocage énergétique sur le trajet du méridien provient bien du satellite, comme si ce dernier faisait un "cône d’ombre" (selon l’expression du Dr Meunier) à la surface de la peau, et que ce cône d’ombre affecte l’énergie " méridienne " qui y circule.

    • La grande question des métastases

    Selon nos travaux et études deux hypothèses sont possibles : les métastases naissent-elles dans les tissus, suite à une information du satellite MH, celui-ci s’installant en suivant la mémoire de l’embryogenèse qui se remet en marche, à l’image de l’émergence de la tumeur primitive suite à une information temporo-spatiale ? Ou bien les satellites MH ne font-ils que viser les sites où des métastases en circulation vont se fixer (Notion d’adressage des métastases guidées) ? Rappelons à cet effet que des chercheurs ont pu voir dans des prélèvements sanguins chez des malades atteints du cancer, non opérés, des micro-métastases en circulation (notons cependant que la morphologie tissulaire d’une tumeur permet le décollement de fragments tissulaires ou cellulaires qui peuvent se mettre dans la circulation sanguine ou lymphatique). Ce qui laisserait envisager la possibilité que la dissémination métastatique se fait bel et bien par le principe d’extravasation / intravasation, et que l’adressage de ces métastases se fait via les satellites MH, à la manière d’un guidage.

     

       Notons aussi, qu’un bon nombre de patients survivent à un cancer soigné de puis plus de douze années, puis soudainement subissent le déferlement d’une avalanche métastatique généralisée, mettant ainsi la vie du patient en danger. Dans ces cas là, ces cellules cancéreuses ont-elles survécu douze années après la chimiothérapie, en restant dans la circulation sanguine ou en étant accrochées à leur site d’ancrage, jusqu’à un certain moment où elles ont surgi de manière envahissante ? Rappelons au passage que la cellule cancéreuse pourra vivre indéfiniment en étant en suspens, à la surface d’un liquide de culture, mais que pour se multiplier elle a besoin forcément de s’ancrer. D’un autre coté, la tumeur primitive n’a pas eu besoin de cela pour exister. Elle naît dans un tissu sain suite à une information.

     

       Pourquoi alors ne serait-ce pas aussi le cas pour les métastases ? Le cancer est une partie du corps qui renaît, mais pas à partir d’un spermatozoïde et d’un ovule. Le substrat étant l’organe de la tumeur primitive, il s’agit alors de recréer les parties d’un corps avec la nature histologique de la tumeur primitive. Nous concluons que les métastases s’installent suite à une information satellitaire. En d’autres termes, elles naissent dans les tissus d’où les satellites MH ont émergé, et nullement par dissémination à travers la voie sanguine ou lymphatique. Vous comprendrez mieux ceci à travers ce qui suit.

    • Cas de métastases sans tumeur primitive

    On observe dans certains cas de patients, la présence de métastases d’origine rénale ou hépatique par exemple, sans pour autant qu’une quelconque localisation tumorale primitive ne soit détectée au vu des examens et explorations radiologiques. Dans ces cas on parle de métastases sans porte d’entrée. Notre explication à ce phénomène est que malgré la présence du satellite MH au dessus du rein, en vue de l’établissement de la tumeur primitive, les cellules de l’organe sain n’ont pas accepté cette demande de mutation : soit parce qu’aucune lésion génétique n’existe (hérédité persistante), ou absence de lésion cicatricielle), ou tout simplement le rein n’existe plus suite à une intervention chirurgicale effectuée auparavant. Nous pensons à la surprise des milieux médicaux qui verront des personnes opérées préventivement des seins vu leur génome, et qui présentent des mutations douteuses, venir consulter pour des métastases issues d’un carcinome mammaire ; or les seins sont enlevés chirurgicalement déjà depuis quelques années auparavant !

     

        Le principe de l’ablation des tumeurs primitives (mis à part les cas où elles mettent la vie de la personne en danger, comme dans certains cas d’atélectasie pulmonaire, ou d’occlusion intestinale...) doit être revu dans la thérapeutique anticancéreuse.

    • Les dimensions cachées de l'homme

    Qui n’a pas rêvé un jour de guérir avec un seul geste de la main ? Qui n’a pas rêvé de vouloir bouger un objet avec le regard ou se déplacer d’un endroit à un autre sans bouger ? Ces rêves font partie de notre patrimoine humain oublié au fil des siècles. Nous ne guérirons jamais les maladies chroniques tant que nous n’avons pas compris cette notion de dimensions quantiques reliées au corps physique. Jamais la recherche médicale actuelle ne débouchera sur une solution radicale tant que l’être humain restera assimilé à un robot. "La vie est un rêve entretenu par nos sens". Nous avons appris depuis fort longtemps l’existence de quatre dimensions.

     

       A savoir que pour se situer sur un lieu, nous avons besoin de deux droites perpendiculaires qui représentent deux espaces (comme sur une carte géographique). Afin de situer la hauteur nous avons besoin d’une troisième droite désignant l’altitude enfin d’une quatrième dimension (celle du temps) sur laquelle reposent les trois autres citées plus haut. Jusque là, ceci parait sommaire. Les choses peuvent devenir un peu plus compliquées lorsque nous apprenons l’existence d’une cinquième dimension ! comme nous le démontrent la physique et les mathématiques . Mieux encore, on nous parle même de l’existence de plusieurs autres dimensions (théorie M).

     

       Dans le monde qui nous entoure, nous avons déjà du mal à concevoir une cinquième dimension, or avec neuf dimensions ! Selon nos déductions et celles de certains chercheurs avec la théorie des trous noirs (une étoile qui s’éteint s’écrase sur elle-même, laissant un trou noir capable d’aspirer une quantité énorme de matière ou même d’autres étoiles se trouvant dans son voisinage direct), les scientifiques nous parlent de la théorie des cordes ou des ficelles, celle du "big bang", de mondes parallèles au nôtre dans lesquels nous existons. Il y a vraiment de quoi s’y perdre ! De nos jours nous voyons de plus en plus de films futuristes de voyage dans le temps, avec la possibilité de changer le destin dans des mondes parallèles. Ce qui montre l’intérêt que porte la communauté scientifique pour ce domaine. Bref, si vous voulez en apprendre plus, référez-vous à la revue Sciences et Avenir du mois de février 2001. Une dimension cachée peut être schématisée par l’exemple suivant : Imaginez que vous aperceviez devant vos yeux un petit disque suspendu.

     

       Si vous essayez de le contourner, il vous suivra dans votre mouvement et vous continuerez à affirmer que c’est un disque ! Or, un observateur situé à coté de vous verra que c’est un bâton. Ce bâton va vers l’infini sur toute sa longueur, sa direction va devenir courbe. L’observateur verra qu’il revient vers vous par l’arrière, et que vous êtes dans sa trajectoire. Alors qui pourra jouer le rôle de l’observateur ? Ce pourrait être vous si vous arriviez à quitter votre corps pour naviguer sur vos autres dimensions. Les personnes qui pratiquent la méditation profonde savent de quoi nous parlons. Nous avons tous un héritage inconvenant de gènes menaçant notre santé et notre vie. Mais ces gènes ne sont pas une fatalité, car c’est à nous de les transcender en bien. L’angoisse que avons hérité de la mère, ou la colère du père, nous pourrons les transmettre et nous en débarrasser.

     

       Un niveau de conscience élevé permet de transcender toute hérédité, ce qui évitera à nos enfants d’y être confrontés . Malheureusement, la perfection n’est pas humaine. Il n’empêche que l’humanité évolue ou "involue" vers cet aspect idéal.

    • Les maladies chroniques, incurables

    Nous classons les maladies en deux catégories : Les maladies exogènes, comme certaines infections, traumatisme divers, morsures toxiques, intoxications chimiques ou alimentaires etc, sont des maladies qu’il faut traiter dans le corps physique, c’est à dire dans le corps aux quatre premières dimensions. Les maladies endogènes englobent toutes les maladies dites incurables que la médecine tente de soigner tant bien que mal, comme le diabète, la sclérose en plaques, le cancer, le sida, la trisomie 21 etc. En réalité, traiter ces maladies au niveau du corps, c’est comme si vous essayiez de régler un problème de calvitie chez un acteur que vous apercevez sur votre propre écran de télévision grâce à un programme informatique de traitement de l’image. Vous allez certainement y parvenir en mettant au point un programme interactif. Si vous continuez à croire que l’acteur existe dans votre téléviseur, vous allez vous réjouir en disant : j’ai soigné cet acteur ! Or bien évidemment il n’en est rien, car ce qui est dans votre téléviseur n’est qu’une image. L’acteur en question n’existe même pas dans votre téléviseur, ni dans le satellite qui véhicule l’émission, ni dans la station radio télé qui émet.

     

       Il est peut être dans un studio à part, ou bien il n’existe plus, car l’émission provient d’un vieil enregistrement que la station télé rediffuse ! Notez cependant que dans les autres écrans de téléviseurs de vos voisins, cet acteur présente toujours cette calvitie. Par contre si vous traitez le problème de la calvitie de cet acteur en allant le voir là où il est, il paraîtra sur tous les écrans de télé du monde avec des cheveux. Mais pour ceci il faudrait que vous puissiez voyager jusqu’à lui (notion de voyage dans le temps). Les scientifiques trouvent que la masse manquante de l’univers qui nous entoure et que le principal de l’attraction de la terre sont cachés derrière la cinquième dimension. Dessin de la matrice ici. M. Haddad pense que la solution des maladies chroniques et incurables se trouve derrière la cinquième dimension. Mieux encore, il nous propose le moyen d’y accéder afin de l’effacer (donc la possibilité de "guérir") grâce aux fractals.

     

       Tout est dans une matrice, la réponse est inscrite sur nos mains depuis le début de l’existence humaine. M. Haddad a constitué une matrice à partir des 99 noms divins. Il a disposé ces noms dans un ordre qui lui a permis de comprendre l’un des grands secrets de l’univers, de l’Homme, et surtout des maladies. Le chiffre arabe du 1 s’écrit I, et que le chiffre 8 arabe s’écrit /\.

     

       Vous remarquerez que dans votre main droite vous avez le chiffre 18 et dans votre main gauche vous avez le chiffre 81 (voir figure des mains) : 18+81=99 qui est le nombre des noms divins. Nous disposons de 10 doigts dans nos mains, signant encore une fois la vérité de nos 9 dimensions, et la dimension zéro de notre physique. Nos 10 doigts représentent les 10 dimensions idéales (la ligne supérieure du tableau 0.10.20.30........90) et nos 10 orteils représentent nos 10 structures physiques (représenté par la colonne 0.1.2.3.......9).

     

       Pour terminer, remarquez que le mouvement de la marche est alternatif (bras droit, jambe gauche, bras gauche, jambe droite). Ce qui nous donne l’image de l’imbrication de nos 10 dimensions sur nos 10 structures avec le mouvement d’une spirale qui se visse et se dévisse. L’Homme dispose de dix dimensions (de zéro à 9, pas une de plus. En réalité ce sont neuf dimensions et une autre qui est la colonne du zéro. M. Haddad a trouvé qu’à chaque dilution de fractal correspond un nom divin. Observez attentivement le tableau qui vous est fourni. Vous avez neuf colonnes en haut 10,20,30,40... 90, et neuf lignes en bas 1,2,3,4,5... 9. La colonne en dessous du zéro est la colonne du corps physique, et c’est la dimension zéro.

    • L'homme est un trou noir

    Ne vous êtes-vous jamais posé la question : pourquoi les traitements homéopathiques ne garderaient-ils pas leur effet vibratoire perpétuellement ? La réponse est que l’Homme les absorbe à travers un trou noir par la bouche puis les répercute sur ses dix dimensions. L’Homme virtuel est celui du corps physique à dimension zéro et l’homme réel (image du divin) est ailleurs. Il est sur les neuf autres dimensions. Il est quantique, virtuel, il est partout. A chaque instant et pendant l’éveil nous voyageons à travers nos neuf dimensions, ensuite nous revenons à la dimension zéro (dans le corps physique). Cela signifie que nous rentrons dans une phase de sommeil paradoxal pendant notre voyage, suivie de sommeil profond. Les neurologues ont découvert des fréquences du sommeil paradoxal chez les êtres humains en état d’éveil.

     

       Certes, le physique pourrait influencer le subtil. Une blessure accidentelle à la main cicatrisera bien (en dehors d’une infection), mais si une émotion s’inscrit sur cette blessure, elle cicatrisera très mal et demeurera ainsi peut être à vie si nous n’enlevons pas le satellite MH émotionnel. Or l’émotion n’est pas dans la dimension du physique elle est, comme nous allons le voir, dans une autre dimension. "Toute obsession non réalisée d’une personne dans sa vie se dessinera sur son image éternelle. Cette dernière la projettera dans le physique qui n’est autre que l’image ". Les techniques de soins manuels (de M. Haddad) ci-dessous, démontrent l’ouverture d’une nouvelle ère médicale, même s’il ne s’agit que de soins antidouleur ou de blocages physiques ou émotionnels. La rapidité et l’efficacité sont telles, que la plupart des médecines manuelles, se trouveront secondées. Vous-mêmes chers lectrices et lecteurs, vous avez la possibilité de soulager vos propres douleurs ou celles d’un proche qu’elles soient physiques ou psychiques instantanément en étant muni d’un simple tube de Fractal " soins ", (attention soulager c’est soigner et non pas guérir).

     

       Il est merveilleux de constater à ce jour que quelques milliers de personnes en France et à travers le monde, sont munies de tubes de vortex " soins " et sont en train de soulager de leurs maux, leurs ami(e)s, enfants ou membres de leur famille. - Afin de connaître le mode d’emploi de cette technique, merci de revenir au menu principal, et de consulter la rubrique soins manuels. Le FRACTAL actuel est un mélange des 99 dilutions, avec 18 dilutions mélangées au 81 autres en mode aléatoire et redynamisées sous vide.

     

       Puisque la possibilité de guérir existe toujours selon un concept quantique, le Fractal Vortex C (premier fractal unique), aide la personne à revenir d’abord au présent pour aller ensuite vers cette possibilité existante de sa guérison, selon son désir de guérir. Le Fractal Vortex D, (fruit de nos plus récentes recherches), est censé non seulement ramener le patient au présent, mais l’emmène où il désire aller, c’est un outil de voyage dans le temps !

© 2017 Fractal - Tout droits réservés